lundi 12 novembre 2018
Connexion S'enregistrer

Connexion

L'addiction à la VOYANCE

mardi, 10 novembre 2015 09:24
Évaluer cet élément
(1 Vote)


’L'expérience aidant, nous faisons l’amer constat au fil du temps, que la voyance pouvait devenir pour certains, une addiction. Comme pour toute addiction, le processus s’installe souvent sans qu’on ne s’y attende. Au début, on fait appel à une voyante pour être éclairé. La voyance possède en soi, des réponses à nombre de questions que nous sommes tous menés à nous poser un jour ou l’autre. Pour peu que la voyante nous remette des conseils avisés (ce qui est le cas auprès de médiums avertis, professionnels et sérieux) , qu’elle nous prévienne et avertisse d’obstacles à éviter ou d’erreurs à ne pas commettre. Alors s’installe un « besoin » de la contacter pour X raisons, qui sur le moment, nous semblent être bonnes. Mais dans le fond, qu’en est-il de notre comportement face à la voyance ?

 

Où se trouvent les dangers de l’addiction à la voyance ?

 

- Le manque de confiance en soi

- Généralement, les personnes sujettes à l’addiction, ont au fond, un manque de confiance en elles. Il peut s’agir aussi d’une mésestime (sous-estime) de soi qui tend à préférer écouter les conseils d’une tierce personne, (en l’occurrence une voyante) plutôt que de se faire confiance à soi-même.

- La solitude

- J’ai également pu constater que beaucoup de personnes font appel à la voyance par téléphone pour combler des moments de solitude. La solitude physique mais aussi, morale. Etre écouté, compris, entendu et réconforté, devient alors la raison principale.

- Fuite de la réalité

- Quelques autres éprouvent des difficultés dans leur réalité, leur quotidien, leur présent. Faire appel à une voyante, devient alors un moyen de fuir le présent, de se projeter et cela devient d’autant plus dangereux, quand le consultant appelle dans l’espoir d’entendre de « bonnes prédictions ». Ces personnes tentent de nourrir l’espoir tout en omettant alors l’essentiel dans une existence : le présent et ce que l’on en fait.

 

Mais alors, quelles sont les « bonnes raisons » de consulter une voyante ?

 

Et si je vous disais, que la bonne raison se trouve dans les questions que l’on ne se pose pas ? Vous conviendrez, qu’une question en entraîne toujours une autre. Et ainsi de suite. Par conséquent, une fois que vous avez la réponse à la première question, il est logique que l’on souhaite obtenir une réponse à la deuxième et puis la suivante. De là peut effectivement naître, les prémices d’une addiction. Faire appel à un voyant, devrait donc être une démarche dénuée de « questions précises ».

 

Faire appel à la voyance c’est ni plus ni moins, être éclairé sur son chemin de vie, non s’entendre dicter nos pas à pas et les moindres de nos actions. Le libre arbitre est ce que nous avons de plus précieux, il est primordial de le conserver voire d’apprendre à l’appliquer. Faire des choix qui nous sont propres, c’est assumer ce que l’on est, pense et ressent. La voyance ne doit jamais nous servir d’échappatoire, de substitut ou de pansement.

 

Bien sûr, une voyance de qualité et sérieuse sera toujours traitée avec écoute, avec impartialité et psychologie par un voyant sérieux et humain. Mais ces qualités ne doivent en aucun cas être entachées par les besoins personnels du consultant.

 

Qui plus est, selon les raisons profondes qui nourrissent l’acte d’appeler un voyant, le consultant, s’il tombe sur un voyant malveillant, se met en danger de voyance de complaisance. S’entendre dire ce que l’on a envie d’entendre et non la réalité.

 

Comment sortir de l’addiction à la voyance ?

 

Comme pour toute forme d’addiction, il est important de reconnaître l’existence du problème lorsqu’on y est soi-même confronté. Il serait très présomptueux de penser que l’on peut s’en sortir tout seul. Je vous conseille d’en parler à une personne de confiance de votre entourage. Veillez à savoir d’où vient réellement le problème. Souvent ce dernier découle d’un mal bien plus profond, qu’il vous faut régler auprès d’un professionnel de la santé. Une psychothérapie étant en général très fortement recommandée

.

Prendre sur soi, analyser les conflits intérieurs, les pulsions avant de composer le numéro de téléphone. Il est primordial de se poser la question « ai-je vraiment besoin d’appeler ma voyante » ? Avant de composer son numéro. Jaugez les raisons profondes qui vous invitent à vouloir une voyance dans l’instant T.

 

En premier lieu, il vous faut être entouré, vous trouver de nouvelles occupations s’il le faut, afin de détourner votre attention des soucis qui vous préoccupent. Un présent bien géré, vous permettra toujours d’accueillir au mieux le futur.

 

Nb : La voyance en soi, n’est pas à banaliser. Elle existe depuis la nuit des temps et permet à l’Homme d’être avisé et éclairé sur son chemin de vie. Le tout est de ne pas en abuser. D’apprendre à l’apprécier à sa juste valeur.

 

Notre implication dans notre métier est telle que nous souhaitons être disponibles autant que possible pour nos consultants. Nous serons les premières à vous alerter si nous constations que vous semblez abuser de la voyance. Néanmoins, seuls vous possédez les facultés de gérer vos maîtrises comportementales et budgétaires. Nous vous proposons en cas d’addiction, de vous aider selon nos possibilités. Il vous suffit de nous envoyer un email nous demandant de vous limiter dans vos consultations pour un temps donné ou à vie.

 

Nos Voyants Star